Arnaud Rouquette est un ironman 2012 ( Nice le 24 – 06 – 2012)

Publié le Mis à jour le


Arnaud Finisher avec son fils

Je suis un Ironman …

mes premières pensées vont vers ma femme Nathalie et mon fils Lucas , avec qui j’ai franchi la finish-line en 13h00’17 » ! ce sentiment de fierté et de bonheur me font monter les larmes aux yeux mais trop ému pour pleurer …

pour ne pas oublier personne je risque d’être un peu long mais je tiens à vous dire ces quelques mots :

un Ironman c’est une préparation de fou pendant 9 mois …pour n’avoir fait que 3 triathlons sprint et avec mon travail (gendarme) dur dur de trouver du temps de libre pour mener de bons entraînements… c’est avec un gros mental que j’ai pris sur moi , surtout lors de mon affectation à Gaillac (81), car je n’ai pu avoir des conditions favorables là-bas et mes chefs ne m’ont pas plus aider…sans commentaires… mais juste une personne as pris le temps de m’aider… et dire à mon ami alexandre : MERCI ! car grâce à toi ma vie dans cette prison doré à été un peu moins dure et nos entraînements m’ont filé la patate et un mental à 200% …

Merci à Jeff pour son montage photo

Trouver des ressources c’est difficile lorsque l’on est loin de ses proches ( ma femme et mon fils vivaient à 330 kilomètres de moi pendant la plupart de la préparation) . C’est là que j’ai découvert à quel point le dicton : « on choisi bien ses amis mais pas sa famille » prend tout son sens… je dis cela car mes parents m’ont tourner le dos et ça c’est dur ! juste leur dire que je les aiment !

dans cette prépa de nombreuses rencontres, mais surtout une immense amitié au départ mais très vite un relation particulière entre moi et mon ami Cyrille… je suis ému en écrivant ces quelques lignes !!!!! dur pour un gladiateur ( en références à nôtre duathlon LD à Carcassonne…).

Faire un Ironman est né un jour de septembre 2011, si mes souvenirs sont bons …en regardant notamment une magnifique vidéo du Doc, alias Laurent (que j’ai rencontré lors de la course et quel plaisir et quel partage avec ce grand triathlète !). Au départ je mes suis dis ouah un Ironman c’est trop énorme!!!!…mais je tiens le pari avec Cyrille de prendre le départ le 24 juin 2012 …

Préparation faite dans le partage mais souvent seul car c’est la dure réalité du triathlon : seul face à soi même ! durant ces 9 mois , quelques courses sont venues me mettre en évidence que le vélo et la course à pied çà se fait, la natation par contre c’est autre chose … en effet je ne savais pas nager il y a 2 ans en arrière et se dire faire 3,8 kilomètres de nage ! impensable il y a donc peu de temps en arrière… c’est à force de persévérance et de me dire que je suis capable de faire une telle distance… que j’ai pris le temps de transformer un hors bord (référence à mon poids et mes grosses épaules ! à l’époque ! ) en quelque chose qui ressemble à un nageur… résultats énormes dans cette discipline car c’est en sortant en 1h29’40 » de l’eau à l’Ironman que je me dis ouah je l’ai fais… pour un gars qui ressembler plus à une pierre au fond de l’eau , c’est vraiment une grande satisfaction et en gérant en plus !

Je m’étais mis la pression sur cette partie de l’épreuve car à force de regarder des vidéos sur internet , la pression de voir ce mythique départ était dans mon esprit jusqu’à mon départ… pression nécessaire mais vite oubliée car dans le sas avec Cyrille c’était si calme ,si paisible dans nôtre bulle… de se dire que c’est le boucanet ( plage de nos entraînements natation au grau du roi) en plus grand avec quelques gars de plus !!!! bref dès que j’ai vu cette masse énorme partir , je suis comme un robot qui suit le mouvement et me laisse guider par les battements de pied du gars qui me devance ! c’est une sensation unique et quel moment génial ! mon départ est prudent car j’ai quand même peur de prendre un mauvais coup. Je lève la tête et arrive vite sur la première bouée, soit 1er kilomètre. C’est la baston car ça se resserre et un gars me passe par dessus ! truc de fou ! mais je reste concentré et continu ma route vers la deuxième bouée. J’ai de la place pour nager et le fait de voir du remous devant ça guide ! la deuxième bouée pointe son nez et j’ai même pu voir de mégas méduses dans cette eau bleu turquoise. Et se termine déjà la première boucle ! Quel pied de voir les mains tendues des volontaires pour m’aider à sortir de l’eau ! puis c’est repartis pour la deuxième boucle . je nage prudemment et cette sensation de bonheur commence à venir ! et oui je suis serein lorsque je suis sur le retour , et lorsque je lève la tête une dernière fois il ne me reste que quelques mètres et là je me dis : ça c’est fait ! je suis très fier de moi et je ne suis pas fatigué !

Cette sortie de l’eau est comme dans la vidéo ! je cours je ne sais pas pourquoi et machinalement je dégrafe ma combinaison et récupère mon sac bike ! vu qu’avec nat (ma femme) tout été prêt, j’ai bien pris mon temps pour faire cette première transition. Je ne m’affole pas et constate qu’il en reste pas mal derrière ! ouah ça fais plaisir !. Je vais vers mon vélo et revérifie mes pneus ! c’est bons tout est ok ! Je vais tranquillou vers la sortie du parc et là je me dis c’est parti pour 180 kilomètres de plaisir …. bref si on peux dire ça comme ça !

Dans cette épreuve vélo , je pars sur la promenade avec le sourire car ma natation me motive. je roule bien et remonte déjà des concurrents !. Lorsque je tourne à cap 3000, j’ai une énorme pensée pour Cyrille avec qui nous avions fait une réco mémorable … avec un départ de cet endroit . Le parcours me deviens vite familier et la côte de la condamine arrive ! je passe sans problème mais pour d’autres ça coince ! j’ai même vu un gars pousser son vélo ! plus la course se déroule et je pense au col de l’ecre ! Lors de la descente vers bar sur loup , je discute avec benjamin ! un super gars qui se demande comment se passe se col ? je lui indique de le prendre cool car lors de la réco avec Cyrille j’ai souvenir d’en avoir bavé ! et arrive le début du col et benjamin lâche vite prise ou bien c’est moi qui roule bien ? je me sens pas trop mal et fais une montée prudente en pensant à mon casse croûte en haut du col !!!!! ( sandwich jambon de Bayonne , chips, bonbons et red-bull !) si ça c’est pas du dopage !!!! je prends mon temps et profite pour faire coucou à l’hélico qui tourne au dessus de nous . Quel plaisir de manger quelque chose de solide ! car les gels ça vas bien un moment… et ce petit arrêt buffet à ce moment de la course me file du peps !. Je roule maintenant vers le plateau de caussol et me souviens des conseils de jeff… ( un beau paragraphe pour toi par la suite…) . Je roule bien et le temps passe. je constate que je roule correctement et souhaite à ce moment précis en garder sous la pédale pour me faire plaisir sur le final . Choix payant car je double pas mal de gars complètement cuits et ça fais drôle ! J’arrive au demi-tour et encore une pensée à Cyrille car je sais qu’il est en train de faire un vélo de malade… Coursegoules puis quand je passe à Bouyon je pense vraiment à nôtre terrible reco… je fais gaffe à ce dos d’âne et à la rigole métallique juste après… la descente est belle et gère cette fin d’épreuve . Vu que je suis pas trop mal, je reste cool car le marathon risque de faire mal vu la chaleur accablante… je suis à l’écoute de mes sensations et choix encore payant car lorsque je rentre sur la promenade des anglais, je me dis : 2ème étape faite et vraiment heureux ! Après 6h39 de vélo, je pars sur le marathon avec encore un peu de jus ! j’ai bien géré ma course vélo en prenant le temps de profiter à fond de chaques moments !carpe diem !

Je rentre dans le parc transition vélo qui quelques heures avant était un moment de bonheur ! même sensation si ce n’est plus! quel pied de voir les autres courir et de me dire qu’il ne me reste  » que le marathon « … Je dépose mon vélo et récupère mon sac run. Je rentre dans la tente et constate que de nombreux gars sont complètement fatigués ! c’est drôle mais je reste très calme et prends mon temps pour partir au mieux sur le marathon. J’ai une vive douleur derrière ma cuisse droite mais je n’y pense pas ! enfin j’essaye ! c’est après 13 minutes de transition que je m’élance sur cette dernière épreuve qu’est le marathon. J’ai pris vraiment mon temps et j’avoue avec du recul , trouve ma transition longue mais heureux d’avoir pris le temps de bien faire le point sur ma course à cet instant ! Mon départ est bon et j’avale la première boucle sans problème. La foule est énorme et j’entends mon prénom tout le long du parcours. Je cherche désespérément Cyrille mais ne le vois pas… j’ai peur à cet instant pour lui mais vu le monde je me dis que ce moment vas être énorme! et lors du 3ème tour j’entends une voix qui me dis : aller nono ! OUAH quel pied de voir et comprendre que Cyrille a 10 kilomètres d’avance sur moi et me dis alors qu’il a fais un vélo vraiment fabuleux… je cours vers mon premier chouchou. Je gère et prends soin de faire un arrêt à tous les ravitaillements . La course se déroule bien et passe le semi-marathon pas trop mal ! mon rythme me laisse penser que je suis sur de bonnes bases… puis peu après je vois un gars qui me dis : courage arnaud ! vu que mon prénom est sur le dossard , je reponds juste merci mais je constate que ce gars cours à côté de moi…. je tourne alors la tête et reconnais Alain Filippi ! c’est un grand triathlète de mon village en qui je porte un immense respect et nombreuses fois ironman ! quel bonheur de le voir ça me file la pêche et Alain ne cesse de m’encourager ! c’est énorme comme le mental à ce moment précis prends le relais… le marathon avance et Cyrille en termine vers un chrono que je qualifie de fabuleux pour un premier Ironman ! … je file alors vers mon dernier chouchou et Alain m’aide toujours moralement. Je lui demande si il sera là pour le dernier tour et il me dit oui. J’ai hâte d’en finir… je ne lui dis mots mais ma douleur est immense et je serre les dents. Je craque sur ma fin de marathon et le chrono qui tourne… Je suis si prêt du but que je lève vraiment le pied et marche souvent. Je me dis ça vas le faire !et que Nathalie et Lucas m’attendent … Ne voyant pas Alain sur mon dernier tour ? je positive et je cherche du regard les tentes blanches qui sont un repère de la tant attendue finish-line… et enfin j’entends la voix du speaker et la musique puis je vois mon fils sur le bord de la chaussée qui me tend la main . J’en profite pour faire un énorme bisou à ma Nathalie et je termine sur le tapis bleu de la finish-line les 195 derniers mètres de cette journée de fou ! le speaker annonce mon dossard 1238 et mon prénom . J’en ai la chair de poule … je lui fais signe que c’est mon premier et là la foule applaudis ce qui me refile en truc de fou! je franchis avec lucas la ligne et me dis simplement: JE SUIS UN IRONMAN !

Une bénévole me passe autour du cou cette magnifique breloque et fais une superbe photo avec un photographe professionnel. L’émotion est immense et serre fort mon petit bonhomme ! Je suis heureux et très fier de moi ! Je profite de ces quelques secondes pour me retourner en regardant derrière moi et me dire : c’est fort et tu l’as fait! un bénévole me dirige vers la zone after-finish ! je retrouve alors Nathalie et l’embrasse tendrement car c’est grâce à elle que je suis allé puiser mes ressources mentales.

Je suis tellement heureux que je ne sens pas la fatigue et les douleurs… Puis je vois Cyrille sur une pelouse avec sa petite famille ! Je constate qu’il est bien. Heureux de le voir en lui montrant la médaille et lui disant : ça c’est fait ! Nous nous serrons comme guise de récompense et que c’est bon ces moments de partage…

Puis le temps passe vite et je vais chercher mon tee-shirt de finisher et faire graver la breloque ! Un méga buffet me permet de faire la connaissance d’un super triathlète avec qui je mange tranquillou des cuisses de poulet et des pattes sur un banc! Ce petit moment de calme est génial car il me dis la chose suivante : bravo pour ton premier c’est un bon chrono et tu mérite le respect ! Je suis assis et ses mots me vont droit au cœur car je saisi que la famille des Ironman c’est avant tout un immense respect de l’individu et de l’effort ! Je suis ému et lui dis à l’année prochaine ?

Je retrouve ma petite famille et récupère mes affaires dans le parc . L ‘attente de Cyrille et bob étant un peu longue nous partons manger un mac-do ! Ouah que ça fais du bien d’enfin manger gras ! 22H30 et fin de l’épreuve pour les derniers ! Respect total pour eux et superbe feu d’artifice pour clore cette journée si particulière…

Voilà mon 24 juin 2012 ! journée à jamais gravée dans ma mémoire ! Épreuve sportive ultime qui se mérite et qui vaut le coup d’être vécue au moins une fois dans sa vie !

Je finis simplement pour dire à jeff que ton aide lors de la reco , la connaissance de ta famille, ta gentillesse et ton immense soutien pour moi et cyrille, resteras comme une vrai rencontre ! Des gens comme toi jeff c’est rare et je suis fier de te connaître car tu m’as permis de croire en moi et j’ai souvent eu en tête tes conseils vélo ( caussols et montée du col de l’ecre!)et en course à pied…

Bref MERCI jeff et compte sur moi pour ton objectif …

Il y a une personne qui compte beaucoup à mes yeux car il a toujours été là pour moi et dans la discrétion … Il m’as offert du matériel et j’en suis à jamais reconnaissant ! J’en ai fais bon usage puisque j’ai couru la course avec ! Cette personne c’est toi : BOB

Te dire que dans la vie il y a des gens extraordinaire c’est vrai , que nos valeurs sont simples c’est aussi vrai, que nos obstacles dans la vie nous rapprochent c’est une évidence mais que nôtre amitié est à jamais j’en suis certain ! Merci mon ami pour tout !

Cette aventure c’est l’histoire de Cyrille et moi, par ce petit paragraphe je viens te dire Cyrille que tu est un homme hors du commun. Nôtre amitié est immense et tu es un magnifique ironman ! Pour toi la préparation à été dure j’en suis conscient car tu t’étais mis la pression d’un résultat par rapport à moi … Je constate que tu as réalisé ta course parfaite et je suis très fier pour toi car tu le mérite ! Je garde en tête de cette journée nôtre avant départ natation car à ce moment précis je sais au fond de moi que nous serions à l’arrivée… C’était si paisible et quel plaisir d’être avec toi comme à l’entraînement ! Toute la préparation et enfin de se voir avec cette médaille de finisher ! Pari réussi et à jamais une expérience humaine extraordinaire à tes côté ! Je suis ému !Merci mon ami

Pour n’oublier personne et j’en oublie certainement faire un coucou à titi ! Super gars qui m’as filé la chair de poule en me disant qu’il me reconnaissait via ce blog ! Te dire bravo car toi aussi tu est un Ironman !

Dire bravo aussi à François , un homme super du club de USN Montpellier que j’ai connu lors de mes entraînements au lac du Crés et croisé dans la partie vélo!

Faire un coucou à nos amis belge de l’hôtel ibis !

Merci à mes collègues du PSIG ils sont supers !

Une immense pensée à toi alain ! Tu est aussi une personne extraordinaire que j’admire et qui m’as permis par tes mots simples et plein d’humilité de me faire comprendre que je venais de faire une course pas comme les autres ! Que d’être un Ironman c’est ça : être simple et avoir du mental ! Mille merci à toi je n’oublierai jamais ton aide …

Dire à toute l’équipe ZEROD que ce sont de superbes triathlètes et que la combi Vflex m’as permis de faire une bonne partie nage ! Merci à vous !

Maintenant je vais bien récupéré et me lance un autre objectif pour 2013 : faire un autre ironman mais cette fois pour faire un chrono !

Merci à tous ceux et celles qui ont cru en moi !

Je dédie mon Ironman à mon frère mathieu (qui est tétraplégique depuis sa naissance ) et comme quoi la vie est belle et par le sport tout est possible ! Je me suis dépassé pour toi mon frère je t’aime !

Dire que je suis reconnaissant serait trop peu mais c’est un honneur pour moi de vous dire simplement :

MERCI !

Arnaud

Publicités

2 réflexions au sujet de « Arnaud Rouquette est un ironman 2012 ( Nice le 24 – 06 – 2012) »

    Frederic Fontaine a dit:
    20 juillet 2012 à 17 h 45 min

    bonjour arnaud
    je viens de lire ton compte rendu, c’est super. cela me motive pour faire mon premier ironman à cologne. bonne continuation pour tes futurs triathlon.
    fred. un des deux belges de l’hotel ibis.

    Cyril and Arnaud are Ironmen 2012 « ironmannice a dit:
    26 juin 2012 à 14 h 37 min

    […] les larmes aux yeux mes trop ému pour pleurer … Pour voir ses images et son texte en entier ( cliquez ici en […]

Les commentaires sont fermés.